OBJECTIF DU COURS

Cours donné par Jean Lacroix

Ce cours est inscrit au programme dans une optique de familiarisation avec les multiples facettes des tâches et du travail du communicateur graphique. Les étudiants sont amenés à prendre conscience de différentes compétences et habiletés inhérentes à ce travail.

Nous traiterons dans ce cours, des métiers, des étapes d’une réalisation, des outils et des ressources pour y arriver. Par ce cours, les étudiants prendront connaissance de toutes les facettes de la réalité d’une production. Ils prendront conscience aussi de l’aspect évolutif des technologies et de la nécessité de développer des attitudes de recherche et d’auto-formation. De plus, les étudiants s’initieront aux principes de gestion de production dans le respect des contraintes techniques de faisabilité d’un projet.

Il introduit ces compétences dans une optique réaliste de production.

Lien : Plan de cours GCO1006-02 aut. 2011

Le processus créatif

Résumé des 9 étapes du processus créatif

01 LA RENCONTRE INITIALE AVEC LE CLIENT

• À la fin de la rencontre, le graphiste doit posséder tous les renseignements nécessaires pour bien accomplir son travail.

02 LE MANDAT

Le mandat est la forme que revêtira la communication.
• annonce publicitaire • affiche • dépliant • logo • marque de commerce • logotype • projet d’édition • rapport annuel • papier à lettres (papeterie) • emballage • étiquette • signalisation • etc.

03 LA CUEILLETTE DE L’INFORMATION

A) Quelle est la nature du message B) Le public cible C) La forme D) Le tirage E) Le budget F) La date d’échéance

04 LE CONCEPT

Un concept est une représentation mentale générale et abstraite d’une réalité.

05 LA RECHERCHE VISUELLE

Une approche réaliste en utilisant une photographie
Un dessin d’observation Une caricature
Un animal en pluche
Une illustration plus moderne Etc.

06 LA MISE EN PAGE

La mise en page est l’organisation des éléments graphiques, (photos, illustrations, textes, logos, etc.) sur une surface prédéterminée, la composition, l’orientation ou la disposition des éléments graphiques que peut comporter un imprimé.

07 LES ESQUISSES RÉDUITES

Avant de réaliser la maquette finale, la plupart des graphistes font une recherche visuelle au crayon à l’aide de multiples petits croquis rudimentaires.
Ces croquis ne comportent généralement que les grandes lignes de la mise en page.

08 LA MAQUETTE

La maquette est la représentation schématique ou précise d’un imprimé ou d’une mise en page.

09 L’APPROBATION

La maquette est présentée au client et s’il est satisfait du rendu, l’approbation est signée.

La chaîne graphique

1 Le concept et la mise en page . C’est l’idée, I’image choisie.

L’étape du concept comprend:
• la cueillette d’informations auprès du client • la recherche sur le sujet
• les esquisses
• la mise en page et les maquettes.

2 La saisie numérique

C’est la transformation d’originaux en données numériques. Si le concept comporte des images (photographies ou illustrations), on doit les convertir en données numériques afin de pouvoir importer ces images dans le logiciel de montage tel que QuarkXPress ou Indesign.

3 Le montage numérique

Une fois que le concept, par le moyen d’une maquette, a été approuvé, on procède au montage final du projet. La maquette est transformée en montage numérique final en exécutant les corrections nécessaires. Ce montage servira à la sortie du film.

4 La sortie des films et épreuves

Le montage numérique est expédié à un bureau de service ou un atelier de prépresse (souvent offert par l’imprimeur lui-même) pour réaliser, à l’aide d’une imageuse, la sortie du film.

5 La fabrication des plaques

Une fois les épreuves acceptées, vient l’heure de fabriquer les plaques d’impression qui seront utilisées pour le tirage des exemplaires finaux.

6 L’impression

Il existe un certain nombre de procédés d’impression différents : l’impression lithographique plus connue sous le nom d’impression offset est la plus répendue, ce procédé est basé sur le phénomène que les corps gras repoussent l’eau. L’héliogravure, la flexographie, la sérigraphie, ou l’impression numérique sont autant d,autres techniques possibles. Le procédé d’impression utilisé dépend du produit souhaité.

7 La coupe/la finition

Après le tirage, les feuilles imprimées doivent encore être travaillées pour aboutir à un produit fini. Elles peuvent par exemple être rognées (coupées) au format voulu, pliées, collées, brochées en livres ou en fascicules, pelliculés ou vernies pour se conformer au produit fini souhaité.

8 La livraison

Une fois l’impression terminée, l’imprimeur emballe et expédie le travail au client. La distribution est la dernière phase de la production graphique. Le produit fini imprimé est distribué à l’utilisateur final.

L’objectif de communication

L’objectif de communication défini essentiellement :

Le quoi ? ( c’est le contenu du message à livrer)
À qui ? (c’est la cible, le destinataire ou le récepteur du message)
Avec quels effets? (C’est de décrire quel effet veut-on produire sur la cible)

L’objectif peut être d’ordre qualitatif qui serait de changer la perception qu’ont les consommateurs d’un produit, ou d’ordre quantitatif qui serait d’augmenter les ventes d’un produit.

L’estimation / soumission

01 L’estimation des honoraires professionnels

Après avoir recueilli toutes les données concernant le projet, le graphiste doit analyser le travail qu’il doit effectuer et déterminer le temps nécessaire à sa réalisation.

02 L’estimation de la prépresse

Les ateliers de prépresse (aussi appelés bureaux de service) ont des tarifs fixes. Ces prix sont souvent basés sur la taille des films et des épreuves couleur à réaliser.

Le graphiste possède parfois une liste de prix de son atelier préféré. Avec cette liste,il peut établir les coûts de différents éléments qui composent le travail à être réalisé.

03 L’estimation de l’imprimerie

La plupart du temps, une estimation est faite par au moins deux Imprimeries de qualité égale afin d’obtenir le meilleur prix.

15 critères de l’image

Agrandissement ou réduction d’une image matricielle

Pour réduire ou agrandir une image vectorielle, (Illustrator), il n’y a pas de problème, on n’a qu’à inscrire le pourcentage, mais, pour une image matricielle, (Photoshop), il faut lors de la saisie prévoir cette opération et allouer un nombre suffisant de pixels afin d’éviter l’effet damier lorsqu’on agrandit trop une image, ou la perte de détails en la réduisant. Il y a une formule pour calculer cette augmentation de pixels.

Exemple: 150 LP x 2 (La résolution est toujours le double de la linéature) = 300 PPP ou (DPI en anglais) x 200% (Agrandissement de deux fois plus grand que l’original, tel que demandé dans l’exemple) = 600 PPP (Résolution à préciser au numériseur)

Information
LP = Lignes par pouce (Linéature d’impression) déterminé par le procédé d’impression. PPP = Pixels par pouce (Résolution de l’image)

Quatre principes de composition

Emphase

Équilibre

Rythme

Unité

Quatre principes de base de la mise en page

Proximité

Alignement

Répétition

Contraste

Adresses Web importantes

Adresses Web importantes Photos libres de droits :
Designs et illustrations vectoriels
Couleurs :
Logos :
Polices (Fonts) :
Informations (divers):
Inspiration, des affiches de cinéma :
Vidéos logiciels sur Chopin :

Documents utiles

La couleur dans vos créations 01

La couleur dans vos créations 02

Cours Les Polices

Cours logo

Les unites de mesure

Le brainstorming

Résumé-La couleur dans vos créations

Cours création d’un logo